Qui sommes-nous

1891 - Création de GTM
Cérémonie de démarrage des travaux du collecteur de Marseille (1891)

1/ L’HISTOIRE DE GTM TP IDF

GTM TP IDF est issue de la filialisation en août 2008 de l’activité TP de GTM Génie Civil et Services en Ile-de-France. Cette opération s’inscrit dans la réorganisation des activités du groupe GTM et du groupe SOGEA suite à leur rapprochement en 2007 et la formation d’une même entité VINCI Construction France.

Désormais l’activité TP de VINCI Construction France est regroupée au sein d’une Direction Opérationnelle Travaux Publics regroupant des entités et particulièrement GTM TP IDF en Ile de France.

2/ LES ORIGINES DE LA SOCIÉTÉ GTM

La société des Grands Travaux de Marseille (GTM) est créée en 1891 par les milieux d’affaires marseillais afin de réaliser la construction d’un réseau moderne d’égouts dans la cité phocéenne. Ces travaux sont dirigés par Charles Rebuffel qui hisse rapidement les GTM au premier rang de l’industrie française de travaux publics.

Jusqu’en 1914, la société connaît une croissance continue, fondée sur une importante diversification technique dans les travaux électriques, portuaires et souterrains, ainsi que sur la conquête des marchés étrangers. La guerre ébranle les positions des GTM contraints de recentrer leur activité sur le bâtiment industriel et les travaux électriques. Cet effort se poursuit pendant les années folles où la société se montre très prospère dans l’Empire. C’est grâce à cette forte activité à l'étranger que la société souffre moins du second conflit mondial pendant lequel elle effectue de nombreux travaux électriques (barrage de Génissiat) et réalise d’importants chantiers pour le compte de l’occupant.

A partir de 1945, les premiers chantiers de la reconstruction permettent aux GTM de se redresser rapidement. Mais, très vite, la société doit affronter le défi de la décolonisation. Pour continuer de se développer, les GTM s’appuient sur de fortes innovations techniques, dont témoignent les tunnels de la Havane ou le pont de Savines.

La société, dirigée à partir de 1957 par René Gonon, trouve de nouveaux marchés en Afrique, où elle participe au sauvetage du temple d’Abou Simbel, à l’aménagement du Nil, en Amérique du Nord et du Sud, au Moyen-Orient. Enfin, le groupe cherche à diversifier ses activités dans les travaux pétroliers maritimes et le nucléaire, dans le domaine des concessions (parkings, Cofiroute). Les sociétés du groupe GTM parviennent donc à maintenir leurs activités historiques, tout en brillant dans de nouvelles spécialités.

En 1982, le groupe GTM fusionne avec la société Entrepose créée en 1935 par des sociétés métallurgiques et avec laquelle il entretient un partenariat ancien. Entrepose apporte des métiers et des marchés complémentaires : canalisations souterraines, travaux de forage, sondage. Grâce à Entrepose, le groupe s’étend davantage au Moyen-Orient et en Amérique latine. GTM-Entrepose est cependant rapidement contraint de se replier vers l’Europe pour fuir la baisse des commandes émanant des pays émergents. Heureusement, l’hexagone offre à lui seul des terrains privilégiés. Ainsi, après avoir été contractant général du Centre Georges Pompidou, GTM-Entrepose acquiert le même statut pour le parc de la Villette.

En 1987, Dumez prend des participations dans GTM-Entrepose, ce qui permet d’envisager dès 1994, un regroupement des activités BTP des deux groupes. La fusion est effective deux ans plus tard.

La nouvelle entité, baptisée Groupe GTM en 1997, rejoint le groupe VINCI en 2001.